San Pedro de Atacama – Du 05/09 au 08/09/2015

Poster un commentaire Par défaut

Me voici dans le désert le plus aride du monde : le désert d’Atacama, dans le nord du Chili !

Le trajet Iquique – San Pedro de nuit n’a pas été de tout repos, avec un changement de bus à Calama. Et surtout une sorte de péage de contrôle de la police, où ils te font descendre en pleine nuit du bus pour passer tes sacs aux rayons X… Ils sont un peu dingues les chiliens avec les contrôles. Peut-être des restes de l’époque de Pinochet…

Bref, toujours est-il que je suis arrivé à San Pedro de Atacama. J’ai trouvé l’hôtel le moins cher de la ville (incontestablement), car il n’y a que des jeunes chiliens et argentins (s’il y a beaucoup d’argentins dans ton hôtel, ça veut dire que tu te loges pour pas cher, c’est scientifiquement prouvé).

San Pedro est situé à 2 500 mètres d’altitude, en plein cœur du désert. C’est un petit village de 7 000 habitants, et c’est l’attraction touristique du nord du Chili.

Le désert d’Atacama est particulièrement inhospitalier : le plus aride du monde (très peu d’organismes vivants peuvent supporter un tel climat) et l’un des plus sec (plus que le Sahara). Dans certains endroits, aucune goutte d’eau n’a jamais été enregistrée depuis que les instruments météorologiques existent !

Beaucoup de choses à voir dans les environs, mais c’est le Chili donc tout est cher. Va falloir faire une sélection du coup… Je n’aime pas ça mais ce n’est pas la Bolivie ici !

Le premier jour, je suis allé avec une agence à 3 lagunes. Elles sont à une vingtaine de kilomètres de San Pedro. J’aurai pu y aller en vélo mais j’ai la crève (rhume, toux…), et faire 60 km de vélo dans le désert ne me tentait donc pas du tout…

On va en 1er à la Laguna Cejar, située juste à l’entrée du Salar d’Atacama, le 3ème plus grand au monde (le plus grand étant celui d’Uyuni en Bolivie, bien plus impressionnant).

DSCN4728

Puis à la Laguna Piedra où on s’est baigné. L’eau était frisquette mais plus salée que la mer morte. Du coup, c’est incroyable comment on flotte dans cette lagune !

DSCN4729 DSCN4736

Enfin, on se rend avant le coucher de soleil à la Laguna Tebenquiche avec le volcan Licancabur en toile de fond. J’avais déjà vu ce volcan, avec ma sœur et Thomas, mais du côté Bolivien, près de la Laguna Verde.

DSCN4747 DSCN4748

On assiste donc tranquillement au coucher du soleil, un verre de Pisco Sour à la main.

DSCN4750 DSCN4759 DSCN4758

Le lendemain, j’arrête de faire mon fainéant et vais louer un vélo pour une demi-journée (9h-15h). Je vais en premier à la Valle de la Luna. Une vallée, qui comme son nom l’indique, ressemble à la lune.

DSCN4764 DSCN4801

Et c’est vrai que la vue depuis la plus grande dune (la duna mayor) est irréelle. On se croit vraiment sur une autre planète ! La couleur blanche que l’on voit sur les photos est du sel, car tout était recouvert par l’océan il y a 65 millions d’années.

DSCN4769 DSCN4782

DSCN4780

A midi, je change de vallée pour aller dans la Valle de la Muerte. A l’origine, elle s’appelait la Valle de Marte (mars). Le relief fait penser à la planète rouge (ça, c’est les bouquins qui le disent, je n’y suis pas encore allé pour vérifier !). Et pour la petite anecdote, c’est dans le désert d’Atacama que la NASA vient tester ces petits robots avant de les envoyer sur mars !

DSCN4809 DSCN4827 DSCN4822

Je rentre en milieu d’après-midi à San Pedro, après avoir bien transpiré, bouffé plein de sables et bien crade. Mais ça en valait la peine, les paysages étant beaux et uniques !

Le lendemain, toujours pas de repos ! Au contraire ! Debout à 4h45 et départ à 5h vers les geysers du Tatio, à 100km de San Pedro.

Quelques petites statistiques : à plus de 4 300 mètres d’altitude, plus de 40 geysers (soit 11% des geysers de la planète), les plus actifs au monde !

Il faut y aller très tôt le matin pour les voir, à l’aube. Ils sont le plus actif lorsque l’amplitude thermique entre la température de l’eau (qui vient de l’intérieur de la Pachamama, et qui est donc brûlante) et la température de l’air (très froid au petit matin), est la plus grande.

On arrive vers 7h, et il fait vraiment très froid !! Je n’étais plus habitué à cette température. L’altiplano Chilien est tout aussi froid que le Bolivien ! En plus, il y a un vent glacial… Il fait – 7 degrés (j’ai fait du vélo sous 30 degrés hier, sacrée différence !). Mais pour que les geysers soient vraiment impressionnants, il faut qu’il fasse en-dessous de -10 degrés environ. Du coup, ils n’étaient pas très hauts : 2 ou 3 mètres au maximum.

DSCN4840

Au retour, on visite un petit village, sans trop d’intérêt.

Voilà pour San Pedro de Atacama ! C’est une belle région mais je m’attendais à encore plus, au vu du nombre de personnes qui m’avaient recommandé cet endroit. Mais bon, faut pas être difficile et il faut reconnaître que les environs de San Pedro sont uniques !

Demain, direction le nord de l’Argentine, à Salta (si le poste frontière est ouvert, car à l’heure où j’écris ces lignes, il est fermé pour cause de neige…).

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s