Trajet vers l’Amazonie – Du 03/05 au 06/05/2015

Commentaires 2 Par défaut

« Dans 20 ans, vous serez plus déçu par ces choses que vous n’avez pas faites que par celles que vous avez faites. Alors larguez les amarres. Mettez les voiles et sortez du port ô combien sécurisant. Explorez. Rêvez. Découvrez »    

Mark Twain

Iquitos est la plus grande ville du monde inatteignable par la route et est située au cœur de l’Amazonie péruvienne. Et de cette ville, on peut partir assez loin dans la forêt et voir un tas de trucs, loin du bruit des grandes villes. D’où l’intérêt d’y aller !

Pour la rejoindre, deux solutions : bateau ou avion. Evidemment, j’ai choisi la solution la moins simple (ce n’est pas rigolo autrement !). Et ça a été une belle aventure…

Avec Aruna, un mexicain rencontré à Chachapoyas, on a décidé de faire le trajet ensemble.

Et le premier jour n’a pas été simple. On part à 8h30 de Chachapoyas pour aller à Pedro Ruiz en minibus. De cette ville, d’après la gérante de notre hôtel, c’est facile de trouver un bus allant à Tarapoto.

Le trajet en minibus n’est pas de tout repos sur des routes pourries et avec un minibus surchargé (je suis assis sur un petit tabouret en bois dans l’allé qui me fait un mal de cu* pas possible !).

1h30 plus tard, on arrive à Pedro Ruiz. Il y a de nombreuses entreprises de transports mais on nous dit tout et surtout n’importe quoi du genre : « vous devez aller à cette ville, prendre un minibus, après dans cette ville et prendre un taxi collectif et après vous arriverez à Tarapoto ».

On n’est pas convaincu du tout, et après moult recherches, on trouve un bus qui va directement à Tarapoto mais qui part seulement à 14h (et en réalité, ce sera 14h30).

Le trajet vers Tarapoto paraît bien long, le bus n’avance pas et s’arrête très souvent. On arrive à 22h30.

Le bateau pour Iquitos part de Yurimaguas, à 2h normalement de Tarapoto (je dis bien « normalement » car au Pérou, tu n’es jamais sûr de rien, tu l’apprends très vite !). On souhaite trouver un taxi collectif, mais apparemment c’est un déluge de pluie à Yurimaguas et la route est impraticable… Pas d’autre choix que de passer la nuit à Tarapoto dans un hôtel.

Le lendemain, c’est reparti pour de nouvelles aventures ! A 7 heures, départ en minibus vers Yurimaguas. Mais au lieu des 2 heures de route, on a mis 3h30. En effet, avec la pluie de la nuit, il y a eu pleins d’éboulements sur la route et il y a des endroits où l’on doit attendre que les machines enlèvent tout.

On arrive à 10h30 enfin à Yurimaguas ! Mais ce n’est toujours pas fini. Le bateau part entre 10h et 16h paraît-il (ils sont très précis sur les horaires!). On prend un moto-taxi jusqu’au port. Le bateau est encore là. On retourne en ville acheter un peu à bouffer, de l’eau et un hamac.

Quand on regarde une carte, ça paraissait assez proche Chachapoyas et Yurimaguas… Mais au final on a mis 24 heures…!

Les bateaux partant vers Iquitos ne sont pas des bateaux de croisières, ce n’est pas le luxe. Ce sont des bateaux servant avant tout à transporter de la marchandises vers Iquitos. Et comme les avions sont chers pour les péruviens, ces bateaux ont décidé de transporter également des personnes. Du coup, tout le monde vient avec son hamac, et dort sur le pont. 3 repas par jours sont servis.

Le trajet dure 3 jours, mais des fois ça peut être plus ou moins (dépend du niveau d’eau de l’Amazonie). Le tarif est fixe : 100 soles par personne, soit 30 euros, pour la traversée avec les repas.

La marchandise est mise au fur et à mesure. Il y a un peu de tout et tout le monde s’active pour faire au plus vite.

A 13h, on part ! On est que 4 étrangers sur le bateau (moi, Aruna et 2 canadiens), et environ une centaine de péruviens. On fait vite la rencontre de nombreux péruviens, curieux de notre présence. L’ambiance est plutôt cool.

DSCN1838

Tout le monde se met au 1er niveau, car la nuit il y fait bon. Mais le jour quand il fait bien chaud (et oui c’est l’Amazonie !) et que tout le monde est entassé c’est un enfer ! Du coup, on s’est mit au second niveau nous. On est qu’une dizaine, c’est plus tranquille.

DSCN1864 DSCN1843

Après 3 heures de navigation, on se retrouve bloqué pendant une heure… Le bateau est allé dans un endroit pas assez profond. Ça commence bien ! Ces vieux machins n’ont pas de radar de profondeur et ça arrive souvent d’après nos amis péruviens : tout dépend de l’expérience du capitaine, et de la quantité de rhum absorbée. Des gens se jettent à l’eau pour résoudre le problème. Mais c’était plutôt agréable comme pause forcée car des dauphins roses se sont montrés pendant ce temps !

On passe nos journée à lire dans les hamacs, à faire la sieste (une le matin, une l’aprem, avec toute l’énergie qu’on dépense c’est important…), à causer, à regarder le paysage… Il y a tellement peu de choses à faire que je n’ai pas eu le temps de faire ce que je voulais !

Les horaires de manger sont très tôt ici : 7h, 12h et…17h ! Et oui car à 18h il fait nuit et on n’y voit plus rien… Pas pratique pour bouffer !

C’est comme à la cantine de l’école, chacun fait la queue avec son petit tupperware pour avoir sa portion de nourriture. Ce n’est pas très varié : riz, poulet… Classique ! Et à 19h-20h, dès qu’il fait bien nuit, tout le monde va dans les hamacs dormir. Les couchers de soleil et le ciel étoilé sur l’Amazonie sont assez splendides au passage !

DSCN1848 DSCN1851 DSCN1881 DSCN1888

Les paysages traversés sont magnifiques également. Et on a le temps de s’appliquer pour faire de belles photos au moins !

DSCN1868 DSCN1874 DSCN1871

Le bateau s’arrête souvent dans de petits villages avec quelques maisons sur pilotis. Les gens viennent prendre des sacs de riz et autres denrées alimentaires. La vie ne doit pas être facile ici.

Avec le niveau des eaux assez haut en ce moment, certaines maisons se retrouvent avec 50 centimètres d’eau à l’intérieur. Et les gens y habitent tout de même, n’ayant nulle part d’autre où aller.

DSCN1855 DSCN1862 DSCN1860 DSCN1856

Un de nos voisins de hamac péruvien est cool et nous apprend plein de trucs sur la vie en Amazonie et nous fait partager la nourriture typique qu’il achète dans les petits villages traversés (ça change du riz et poulet de notre chef cuisto).

Pas mal de gosses viennent nous voir. Aruna leur montre sur son portable une carte du monde en leur montrant leur pays, et les nôtres. Ils sont captivés par l’écran !

On arrive à Iquitos le 6, après 2 nuits sur le bateau. Ça aura été rapide ! Tout s’est bien passé en plus. J’avais lu des rumeurs sur des forums comme quoi il y avait des vols sur les bateaux et que ça pouvait être dangereux. Mais pour ma part, je n’ai jamais ressenti ça. Au contraire même… Les gens te font partager ce qu’ils ont. Par exemple, on m’a fait goûter un vin péruvien. Bon au final, ce n’était pas un cadeau car c’est vraiment de la pisse leur truc ! Même pour faire la cuisine ce n’est pas terrible je pense.

DSCN1897

Ce trajet sur l’Amazonie restera un moment superbe de mon voyage avec toutes ces personnes aimables, souriantes…  Avec Aruna, on est même invité à manger dimanche midi pour la fête des mères chez notre voisin de hamac !

Le fait d’avoir passé ces 3 jours sur le bateau m’a fait réalisé à quel point c’était beau ce que je vivais… En 3 jours de glande, tu as le temps de réfléchir à tout ça et à repenser à ce que tu as vécu.

Mais ce n’est pas fini pour l’aventure Amazonienne. Au contraire, ce n’est que le début !

2 réflexions sur “Trajet vers l’Amazonie – Du 03/05 au 06/05/2015

  1. Pingback: Bogotá – Du 11/01/2016 au 14/01/2016 | Voyage en Amérique du Sud

  2. Pingback: De la Thaïlande au Laos sur le Mékong | Y A QU'A Y ALLER !!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s